Anonyme, suite et fin

Mais pourquoi cet article du BBF a-t-il déclenché chez moi une telle logorrhée ?! C’est sans doute que, passé le seuil de la troisième théière, je suis facilement irritable…

Bref, il m’apparaît aujourd’hui tout simplement qu’il se trouve une grande différence entre considérer son blog comme un outil de travail et le tenir pour un espace personnel où l’on évoque sa profession. C’est finalement la délicate frontière entre travail et profession, à laquelle je m’étais déjà intéressée . Je me rends compte en relisant ce vieux billet que je n’ai pas trop varié de point de vue depuis un an.

Ainsi, j’officie sur le web à trois niveaux :
– un blog fantasque que seuls mes prochent connaissent : niveau personnel
– ce blog : niveau “privessionnel”
– un blog sur le mémoire et un site sur le DUT, très officiels : niveau professionnel ou plutôt estudiantin.
Je reste anonyme en niveau 1 et 2 mais pas en 3. Le problème est que le blog qui se trouve dans les limbes entre personnel et professionnel, Liber libri, est précisément le plus connu. Aussi, il m’arrive parfois de penser à une refonte des niveaux estudiantin et privessionnel. C’est à l’étude.