Citations corrosives…

…mais point du tout pour les mêmes raisons ! Piquées lors d’une après-midi de lecture au centre de documentation sur les métiers du livre de la ville de Paris, à la bibliothèque Buffon (d’où l’on surplombe le jardin des plantes avec Notre-Dame au loin).

“Malheureusement, je constate que certains jeunes bibliothécaires, marqué par une forte culture web, ont tendance, à se concentrer sur les services aux usagers, plutôt que sur les fonctionnalités des SIGB.”

Didier Pied, directeur commercial, Decalog, in “Archimag”, 210, décembre 07 / janvier 08


Continuer à cataloguer au niveau local n’est pas seulement inutile mais aussi nuisible. Cette pratique accapare inutilement le temps d’un personnel qualifié tout en créant des particularités locales qui compliquent le travail en réseau et la cohérence des catalogues collectifs.” Quelles raisons freinent ou bloquent cette démarche ? “Principalement, la résistance du personnel, dont une partie persiste encore à croire que cette attribution est emblématique de son métier. Une résistance que tous les responsables n’ont pas le courage d’affronter. Pourtant, les tâches de sélection et de médiation de l’information me semblent infiniment plus valorisante qu’un catalogage qui s’apparente plus à la saisie mécanographique qu’à une activité intellectuelle. Il est grand temps de prendre la complexité de l’information à bras le corps et d’élargir les plages horaires d’ouverture au public afin de retrouver l’essence du métier, la médiation de la connaissance.”

Thierry Giappiconi, in “Archimag”, 221, février 2009 (c’est moi qui souligne)

8 thoughts on “Citations corrosives…

  1. Coco

    Je suis assez d’accord avec les propos sur le catalogage.
    A ceci près que ne pas cataloguer du tout cause quelques ennuis… Nous ne faisons – là où je travaille – que de la récupération de notices (Electre) et nous n’avons pas le temps de les reprendre pour leur ajouter quelques “particularités locales”, qui seraient pourtant bien utiles. L’indexation par exemple. De fait, on a un catalogue tout pourri sur lequel on ne trouve rien si on ne connait pas le titre du document (et encore), et on ne peut pas renseigner les lecteurs.
    Je déteste le catalogage et l’idée de passer des heures à lécher des notices. Pourtant, la récupération de notices brutes est pleine de failles qui nuisent au service à l’usager.
    Toute la question est de trouver le juste équilibre et de dégager du temps (car il en faut, aussi, pour récupérer une notice).

  2. Anonymous

    Dans la BM où j’étais l’an dernier, on récupérait aussi d’Electre mais en ayant installé des filtres pour certaines zones, notamment les autorités et l’indexation, en générale pourries sur cette base. Du coup, ces zones n’étaient pas transférées d’Electre et on les ajoutait nous mêmes, ce qui ne prenait pas plus de temps que le nettoyage de notices.

  3. Liberlibri

    @ Coco : tout est une question de priorités mais, même pour les priorités, il faut du temps 😉

    @ anonyme-qui-s’est-dénoncée : tu vas me valoir des problèmes avec un certain fournisseur de notices en tenant des propos pareils !

  4. Anonymous

    Lool, à mon avis tu ne risques pas grand chose. En plus, je n’ai pas révélé un secret d’Etat, on leur avait même dit directement alors tu vois… Tiens moi au courant si tu reçois des colis suspects 😀

  5. frenchaoki

    mééé nan… le sieur Giappiconi parle ici (j’ai lu l’article) des notices de la Bnf.
    elles ne sont pas parfaites non plus, mais considérablement meilleures que celles d’electre (que j’ai pratiquées aussi)

    Il faut alors prendre le parti de ne rien corriger du tout, car elles sont tout à fait fréquentables (!) et utilisables telles quelles (meme si pas parfaite, je répête)
    Vrai aussi que ça prend du temps de mettre cette récupération de notice en place mais une fois que c’est fait c’est automatique et vogue la galère !

    Un problème (mais de taille) elles ne sont pas faites DU TOUT pour les petits nanfants…
    ex : dans un bouquin sur les dinosaures vous verrez le mot matière (rameau, évidemment) “dinosauriens”
    Trouvez moi un seul gamin qui tapera ce mot… et je vous paye des caramels mous.

    Toute avancée technique a son revers !!!

    ces notices seront peut etre parfaites dans une vingtaine d’années ? (mais alors yaura peut etre plus de bib… )

    Frenchaoki

  6. Liberlibri

    @Frenchaoki : les notices BnF sont sans doute bien meilleures que d’autres. Tout le monde finira par y venir, peu à peu. Tant qu’il restera des bibliothèques, là-dessus, je suis plus que d’accord 😉

  7. Anonymous

    Problème des notices BNF, en tout cas en lecture publique où l’on a intérêt à suivre l’actualité éditoriale pour certaines catégories de documents : elles ne sont pas forcément disponibles tout de suite pour tout alors que sur Electre, on est à peu près certains de les trouver. Et on ne peut pas trop se permettre de ne pas cataloguer certains ouvrages en attendant la notice BNF, même si elle est mieux.