Le silence des pages tournées

Suite à mes billets sur la question du silence en bibliothèque, et notamment sur les zones de bruit mises en place à la BU Robert de Sorbon à Reims, j’ai échangé par mail avec Aurélie Delamarre, responsable de cette bibliothèque. Elle m’a très gentiment communiqué de nombreuses informations, ce dont je la remercie infiniment. Voici ses explications sur le projet et sur le fonctionnement de la bibliothèque, j’ai ajouté des titres de paragraphes et mes commentaires sont en italique :

  • La conception des locaux
  • La bibliothèque est construite sur deux niveaux, le niveau supérieur étant conçu comme une mezzanine au-dessus du niveau inférieur. Comme les deux niveaux sont décloisonnés, les salles de lecture ne forment qu’un seul grand espace de travail. Par contre, le hall d’entrée où se fait le prêt-retour est isolé des salles de lecture par des portes. A chaque niveau, on trouve un bureau de renseignement et de communication des documents au milieu de la salle, et les tables de lecture sont sur les côtés. Entre les deux se trouvent les rayonnages, ce qui fait que nous ne voyons pas ce qui se passe sur les côtés, et que nous ne sommes pas non plus très visibles pour les étudiants.
    L’insonorisation de ce bâtiment a été particulièrement soignée : les plafonds “absorbent” les bruits, et le lino permet des déplacements discrets. Par contre les escaliers en béton qui permettent d’accéder au niveau inférieur n’ont pas cette vertu, et au milieu du niveau inférieur se trouve un espace informatique avec 90 clients légers, qui favorise les discussions et les regroupements. De plus, lorsque tous les ordinateurs sont occupés, les claviers en eux-mêmes sont bruyants, et cet espace est justement situé à l’endroit de la bibliothèque où le plafond est le plus haut, et donc absorbe le moins de bruit.
    Par contre, nous avons la chance d’avoir aux deux niveaux quelques petites salles fermées, notamment les salles de photocopies, ainsi que des salles de travail en groupe, accessibles sur réservation (7 en tout, nous venons d’en créer une nouvelle…). Il y a également une salle d’actualité où l’on trouve la presse, qui est vitrée et fermée.
    Autant que possible, le problème des bruits parasites a été pris en compte dès le départ et ils ont été soit absorbés (lino, plafond bas), soit isolés (photocopieurs dans des locaux fermés).

  • L’existant
  • La BU a une capacité de 1000 places, et est très fréquentée, surtout d’octobre à décembre. Vu le nombre de lecteurs et la configuration des lieux, nous avons forcément des problèmes de bruit.
    La BU est l’un des seuls endroits accueillants et largement ouverts du campus, les étudiants l’apprécient et s’y donnent rendez-vous, c’est donc aussi un lieu de détente et de pause entre deux cours.
    Cependant, le personnel de la BU est effectivement soucieux de maintenir un niveau de calme satisfaisant dans les locaux, qui puisse permettre à ceux qui le souhaitent de travailler en silence. Nous nous sommes donc demandés comment améliorer la situation et faciliter le dialogue avec les étudiants sur le sujet, en prenant également en compte le fait qu’actuellement, beaucoup d’étudiants ne recherchent pas le silence total pour travailler (beaucoup écoutent de la musique au casque en même temps), et apprécient une ambiance plus détendue : notre rôle n’est pas d’imposer le silence pour le silence, mais plutôt de permettre à tout le monde de travailler dans de bonnes conditions.
    Pour résumer, convivialité, calme et dialogue : trois choses qui ne sont pas nécessairement antinomiques !

  • Le projet
  • Un groupe de travail a été constitué au cours de l’année 2006/2007 pour adapter notre façon d’accueillir le public aux usages réels du bâtiment (qui était ouvert depuis la rentrée 2006). Une partie du travail de ce groupe a porté sur la constitution de ces zones (effectives à la rentrée 2007), ce travail a donc donné lieu à un certain nombre de débats entre nous.

    Pour synthétiser, nous avons donc décidé de créer 3 zones :

    1. les zones de silence, réservées au travail individuel et en silence, comme leur nom l’indique, elles représentent environ les 3/4 de la bibliothèque,
    2. les zones de calme, où nous tolérons les conversations à voix basse et les téléphones sur vibreur (environ 20% de la bibliothèque),
    3. les zones de conversation, où nous ne contrôlons le volume sonore que si nous entendons vraiment les gens crier de loin 🙂 ce sont en fait tous les espaces fermés de la bibliothèque (salles de photocopies, de travail en groupe et salle d’actualité).

  • Le fonctionnement
  • Nous avons communiqué sur ce zonage par le biais d’affiches et de flyers, et de petits panonceaux indiquent systématiquement sur chaque table à l’intérieur de quelle zone on se trouve, et ce qu’on a le droit d’y faire. C’est donc très visible dans les salles.
    Nous renforçons cette communication en effectuant des rondes (je n’aime pas ce terme, mais je n’en trouve pas d’autre plus adéquat) à peu près toutes les heures entre 11h et 17h. Ce sont les personnes qui sont de permanence en salle qui quittent les bureaux de service public pour les faire. Nous contrôlons le niveau sonore dans les espaces de travail, et le but est également d’aller vers les étudiants pour qu’ils nous voient et osent venir nous demander des renseignements.
    Ce n’est pas non plus la tâche préférée du personnel, car ce n’est pas forcément très agréable d’aller faire la morale aux étudiants, mais le but est que l’ensemble du personnel y participe, et que les étudiants soient conscients du fait que nous nous efforçons vraiment de maintenir une ambiance studieuse là où elle est nécessaire.

    Finalement, le calme s’installe grâce aux contacts fréquents du personnel avec les usagers, comme quoi on en revient toujours à la nécessiter d’aller vers eux.

  • Bilan
  • En conclusion, ce n’est pas parce que vous écrivez noir sur blanc et affichez partout un règlement qu’il va être forcément appliqué à la lettre…mais globalement, je trouve que le bilan du dispositif est plutôt positif. Tout d’abord, les gens voient ce qui leur est demandé, et c’est plus facile pour nous par la suite de les rappeler à l’ordre s’ils font trop de bruit, et de leur expliquer pour quelle raison nous le faisons. Ensuite, il me semble que c’est un changement important pour nous d’avoir tenu compte du fait que la BU n’est plus simplement un temple du travail en silence, mais que les besoins de étudiants sont beaucoup plus variés. Beaucoup d’étudiants vont désormais s’installer dans des espaces différents en fonction de ce qu’ils veulent faire (réviser tranquillement ou travailler en groupe), et nous ne sommes plus vus systématiquement comme la caricature du bibliothécaire qui passe son temps à dire “chut”…(même si on continue à le faire!).

    Prise en compte des nouveaux usages et échanges fréquents avec les usagers : la recette de la BU de demain ?

  • Perspectives
  • Pour perfectionner le système, je pense que l’on pourrait augmenter la proportion des zones intermédiaires de calme, car je trouve qu’elles correspondent à l’usage de la majorité des étudiants. Seulement, la configuration des lieux fait que nous ne pouvons pas beaucoup bouger le mobilier, et comme aucun espace n’est cloisonné à l’exception des salles de travail en groupe, le bruit fait dans une zone rejaillit sur l’autre… Je pense que si l’on veut vraiment maintenir le silence dans un espace donné, il faut que ce soit une salle fermée, et lors de la construction du bâtiment, nous avons fait le choix d’isoler les groupes, plutôt que les étudiants solitaires et silencieux…et ces salles de travail en groupe correspondent à un vrai besoin, puisqu’elles sont occupées à plus de 80% toute l’année.
    Généralisation des salles de travail en groupe, grands espaces de calme et îlots de silence, l’architecture de la BU de demain ? Et vous comment envisagez-vous les espaces de travail dans vos bibliothèques ? Certains planchent déjà : à Angers, la campagne contre le bruit a été lancée sur le blog de la BU et des formations sont mises en place pour le personnel….
    Campagne Bruit Personnel

    View SlideShare presentation or Upload your own. (tags: management bruit)
    Personnellement, j’espère qu’elle ne restera pas comme ça !
    Sur le thème du silence, et pas seulement en bibliothèque, on peut lire aussi ce témoignage.