En BUtinant #20/2

Quelques lectures et grappillages d’hiver

Données de la recherche, données ouvertes

Borgman, Christine L. 2016. Big Data, Little Data, No Data Scholarship in the Networked World. Cambridge, Massachusetts; London: MIT Press.
Un classique sur les données de la recherche, extrêmement intéressant ! Si votre temps de lecture est restreint, gardez-le pour cet ouvrage.
Turello, Dan. 2019. « How to Think About Data: A Conversation with Christine Borgman | Insights: Scholarly Work at the John W. Kluge Center ». https://blogs.loc.gov/kluge/2019/02/how-to-think-about-data-a-conversation-with-christine-borgman/
Où l’on apprend que Christine Borgman est la fille d’une bibliothécaire qui a compris tout ce que pourrait apporter les compétences d’une jeune informaticienne à son métier. Comme quoi, les bibliothèques et les données de la recherche, ça ne date pas d’aujourd’hui.
Mons, Barend. 2018. Data Stewardship For Open Science: implementing FAIR principles. Boca Raton: CRC Press, Taylor & Francis Group, CRC Press is an imprint of the Taylor & Francis Group, an informa business.
Trucs et astuces pour gérer ses données
Rebouillat, Violaine. 2019. « Ouverture des données de la recherche : de la vision politique aux pratiques des chercheurs ». Thèse, Paris, Conservatoire national des arts et métiers. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02447653.
Une cinquantaine d’entretiens avec des chercheurs de l’université de Strasbourg et une revue de services à partir de ce qui est proposé sur Cat OPIDoR. L’auteure pointe un décalage entre les besoins des chercheuses et l’offre élaborée par les professionnels de l’IST, jugée en décalage.
Ibekwe-Sanjuan, Fidelia, et Françoise Paquienséguy. 2015. « Open, Big, Collaboration : trois utopies de l’innovation au xxie siècle ». In Big Data – Open Data : Quelles valeurs ? Quels enjeux ? De Boeck Supérieur. https://www.cairn.info/big-data-open-data-quelles-valeurs–9782807300316-page-15.htm.
Cité dans la thèse de Violaine Rebouillat. Un article sur l’histoire de l’open data, concept à la fois libertaire et libéral, puis régalien.

En cherchant des éléments pour les données en SHS

Le Deuff, Olivier, –Jean David, -Arthur Perret, et -Clément Borel. 2019. « Surfer dans l’Otletosphère. Des outils pour visualiser et interroger le réseau de Paul Otlet ». In , p.65-76. ISTE. https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_02480515.
Un bien beau projet !
Heiden, Serge, Jean-Philippe Magué, et Bénédicte Pincemin. 2010. « TXM : Une plateforme logicielle open-source pour la textométrie – conception et développement ». In , 2:1021‑32. Edizioni Universitarie di Lettere Economia Diritto. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00549779.
Hiebel, Gerald, Gert Goldenberg, Caroline Grutsch, Klaus Hanke, et Markus Staudt. 2020. « FAIR Data for Prehistoric Mining Archaeology ». International Journal on Digital Libraries. https://www.springerprofessional.de/en/fair-data-for-prehistoric-mining-archaeology/17596900?fulltextView=true.

Ethique, droit, données

Richter, Heiko. 2018a. « Reconsidering the Exemption for Educational and Research Establishments Under the Directive on Re-Use of Public Sector Information (2003/98/EC; 2013/37/EU) – Possible Ways and Legal Consequences ». SSRN Scholarly Paper ID 3090337. Rochester, NY: Social Science Research Network. https://papers.ssrn.com/abstract=3090337.
Sur la directive PSI 2013, très fouillé.
“The situation becomes even less clear, when it comes to data. Mere data, if defined as “raw data” or as processed data only to a very limited extent (put into a database), are not protected by IPRs. As there is no right in rem, there is no IP-protected ownership right. This is for good reasons – facts are free and usually data document these facts. As a consequence, research data – whether empirical, observed or measured – are in the public domain, assuming they are not protected as works. This applies to separate items of research data as well as to datasets.”
Jacquemin, Bernard, Joachim Schöpfel, Stéphane Chaudiron, et Eric Kergosien. 2018. « L’éthique des données de la recherche en sciences humaines et sociales. Une introduction ». In , 71‑86. De Boeck Supérieur. https://hal.univ-lille3.fr/hal-01958472

Varia

Chartron, Ghislaine. 2016. « Stratégie, politique et reformulation de l’open access ». Revue française des sciences de l’information et de la communication, no 8 (janvier). https://doi.org/10.4000/rfsic.1836.
Dillaerts, Hans. 2017. « Ouverture et partage des résultats de la recherche dans l’économie de la connaissance européenne : quelle(s) liberté(s) de circulation pour l’IST ? » Communication management Vol. 14 (1): 39‑54.
Fabre, Isabelle, et Cécile Gardiès. 2008. « L’accès à l’information scientifique numérique : organisation des savoirs et enjeux de pouvoir dans une communauté scientifique ». Sciences de la Société, octobre, 84‑99.
Mpondo-Dicka, Patrick. 2020. « Le Markdown, une praxis énonciative du numérique ». Interfaces numériques 8 (2): 304‑304. https://doi.org/10.25965/interfaces-numeriques.3915.

Lectures en cours

Hand, D. J. 2020. Dark data: why what you don’t know matters. Princeton: Princeton University Press.
Des stats et des données
Bermes, Emmanuelle. 2020. « Le numérique en bibliothèque : naissance d’un patrimoine : l’exemple de la Bibliothèque nationale de France (1997-2019) ». Thèse, Paris, École nationale des chartes. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02475991.
Lecture passionnante à bien des égards. J’essaie d’en faire un billet.