Florilège

Dans un colloque à Poitiers en 1992, Yannick Guin, un élu nantais a remarquablement décrit les enjeux des bibliothèques d’aujourd’hui.
« La cité républicaine a pour fin d’assumer la fonction de l’universel. Elle a partie liée nécessairement à l’école et à la bibliothèque, afin de faire accéder tous les petits hommes, quelle que soit leur origine sociale, à l’universalité du savoir. L’enfant est instruit, non pour devenir un excellent consommateur mais pour être en état d’exercer son jugement, afin d’être en mesure d’exercer plus tard ses droits et de remplir ses devoirs de citoyen. »
Il voit même en la bibliothèque « la subversion quotidienne contre les valeurs établies, les situations acquises, les lieux communs, les certitudes admises, la dictature des beaufs, la culture marchande, la censure et les intégrismes de toute nature. »
In La bibliothèque dans la cité, Paris, BPI, 1993.

« La bibliothèque est un espace public qui lutte, à sa manière, contre la domination du marché. »
François de Singly, « L’espace public », in Le musée et la bibliothèque, vrais parents ou faux amis ?, Paris, BPI-Centre Pompidou, 1996.

Sur le métier :
« Curiosité intellectuelle, attention aux mouvements de la création, à la vie des idées, à l’évolution des savoirs, capacité à communiquer, à mettre en relation une demande et une offre : voilà à quoi il faut tendre. »
Dominique Peignet, Le Métier de bibliothécaire, Paris, Edition du Cercle de la Librairie, 2003.

Et un peu de fantaisie :
” Le bonheur est dans le prêt. ” M. Deguilly

One thought on “Florilège